Pancakes aux grosses myrtilles

DSC_0108Même si ce n’est pas très écolo, j’adore trouver pendant les fêtes de Noël des fruits qui ne sont pas de saison, mais alors pas du tout. Comme ces grosses myrtilles que je viens de trouver et que j’ai trop eu envie de tester dans des pancakes pour un petit déjeuner du dimanche à l’américaine.

La recette n’a rien de très original, je me suis inspirée de celle du blog  CC Cuisine qui m’avait tapé dans l’oeil cet été. J’ai juste remplacé le sucre vanillé par les gousses de vanille sucrées pour un goût plus prononcé.

Pour une douzaine de beaux pancakes fruités, je prend dans mon frigo et mon placard :  

2 oeufs
25 cl de lait
200 g de farine
200 g de myrtilles
40 g de sucre en poudre
2 cuillères à café de gousses de vanille en poudre
1/2 sachet de levure chimique
1 pincée de sel

Je réussis mes pancakes en suivant scrupuleusement les étapes suivantes : 

Je mélange la farine avec la levure dans le bol de mon robot. Je forme un puis et ajoute deux oeufs. Je mélange au batteur plat doucement en ajoutant progressivement le sucre, la vanille, le sel puis petit ) petit le lait. J’obtiens une pâte un peu épaisse dans laquelle j’ajoute délicatement les myrtilles en tournant à la cuillère.

Je laisse reposer la pate pendant une heure.

Pour la cuisson, j’utilise une crépière bien chaude sur laquelle je verse plusieurs louches de préparation. Je fais cuire 3 à 4 minutes de chaque côte en baissant le feu pour permettre à la pâte de gonfler.
Je déguste immédiatement avec un peu de sucre glace. Miam !
DSC_0108

Cupcakes sapin de noël pour Battle Food #38

DSC_0190A Noël, je n’aime pas enchaîner les repas tous plus copieux les uns que les autres qui durent des heures, je n’aime pas passer mon temps en trajets pour aller d’un repas à un autre, je n’aime pas me mettre la pression pour faire LE repas de l’année.

A Noël, j’aime faire un joli sapin, chargé de décorations en tous genres qui illuminent la maison pendant les longues nuits du mois de décembre. J’aime profiter du bonheur simple d’entendre mes petits lutins réveillés, mais qui n’osent pas se lever, se demander en chuchotant si le père Noël est bien passé. J’aime voir la neige qui tombe même si c’est de plus en plus rare ces temps-ci. J’aime passer de bons moments en famille autour des enfants qui jouent dans un amoncellement de papiers, bolduc et jouets en tout genre même si je trouve que ça fait toujours trop.

J’aime aussi manger les blinis finlandais de ma maman avec leur crème aux oeufs de saumon,  préparer mon foie gras moi-même, et me lancer dans des essais de petites recettes improbables que je ne ferais qu’une fois.

Je suis du coup parfaitement dans le thème de la Battle food #38 proposée par Gabrielle du blog Lalalacuisine  « Du rêve sur toutes les tables ! » avec mon dernier essai improbable de Cupcakes en forme de sapin de Noël qui nous a bien fait rigolé mais aussi donné un joli rendu sur notre table de Noël.

Cette recette date de l’année dernière, vous l’aurez compris, mais je ne l’avais pas publiée jusque là. Elle est assez simple à réaliser, un peu moins à manger (c’est un peu lourd quand même) et surtout très très très salissante !

Pour faire une dizaine de jolis sapins

10 cl de lait
80 g de beurre mou
80 g de sucre semoule
1 oeuf
40 g de poudre d’amande
100 g de farine
1 sachet de levure chimique
1 pincée de bicarbonate de sodium

Pour le glaçage 

500g de Philadelphia
10 cl de miel (j’ai utilisé du miel de châtaignier mais le goût était vraiment trop fort, il vaut mieux un miel plus doux)
colorant vert alimentaire en poudre
billes en sucre
paillettes comestibles
étoiles en décoration

Pour réussir mon beau sapin, roi des forêts

Je préchauffe mon four à 180°C et installe une dizaine de caissettes à muffins dans mes moules en silicones.

Je fouette au batteur le beurre mou avec le sucre pour obtenir un mélange bien crémeux. J’ajoute ensuite l’oeuf entier et une cuillère de farine. Dans un autre bol, je mélange le reste de farine avec la poudre d’amande, la levure et le bicarbonate. J’ajoute le lait pour délayer un peu et j’ajoute le tout azu premier mélanger.

Je répartis ma préparation dans les caissettes et je fais cuir 20 minutes au four. Je laisse refroidir mes gâteaux.

IMG_3982Pendant ce temps, je prépare le glaçage en mixant le Philadelphia et le miel. J’ajoute une point de colorant (enfin j’essaie : comme vous pouvez le constater sur le photo ci-contre, j’ai eu la main lourde !).

Je mets ce mélange dans une poche à douille avec une douille étoilée et je réserve au frais. Quand mes gâteaux sont bien froids, je garnis mes cupcake en réalisant un mouvement de superposition concentrique de façon à former des cônes en forme de sapin. Je décore avec les billes en sucre, des paillettes comestibles et une belle étoile.

Je n’ai pas trouvé d’étoile comestible, ni quoique ce soit qui s’en rapproche alors j’ai utilisé des décorations de table de Noël !

Mes petits sapins ont donné un bel effet à notre table de Noël, et ont surtout bien faire rire les enfants qui ont fini avec la bouche toute verte ! La prochaine fois, je serais plus mesurée sur la quantité de colorant. D’ailleurs, je les ferais même en version mini parce qu’avec tout ce glaçage, c’est quand même bien écoeurant au final !

Cette année, je ne sais pas encore dans quoi je vais me lancer comme recette improbable. Mais si vous avez des suggestions, laissez-moi un petit mot en commentaire !

DSC_0226

DSC_0190

 

 

 

Merveilleux Mont Blanc #1andublog

Aujourd’hui, je fête dignement les 1 an de mon blog et pour l’occasion, je me suis lancée dans un mélange de mes deux desserts préférés : le Merveilleux et le Mont Blanc. La base est la même : meringue + chantilly. Pour le Merveilleux, il faut rajouter un ganache et des copeaux de chocolat. Pour le Mont Blanc, il faut rajouter de la crème de marrons.

Vous devinez donc aisément ce que j’ai pu mettre dans mon Merveilleux Mont Blanc !

Lire la suite

Muffins anglais pour toute la semaine

DSC_0137 bisDepuis quelque temps, je teste des recettes de pains, brioches, muffins anglais et pâtes levées en tout genre, et ce pour plusieurs raisons : je n’arrive pas à aller à la boulangerie tous les jours pour avoir du pain frais, les pains industriels me font de moins envie avec leur liste d’ingrédients bizarres à rallonge, et surtout je trouve que chaque pâte réalisée est une nouvelle aventure. Va-t-elle pousser comme il faut ? Est-ce que le goût de levure ne sera pas trop prononcé ? Est-ce que le moelleux va durer dans le temps… Bref, ça m’amuse !

Cette semaine, je me suis donc lancée dans une production quasi industrielle de muffins anglais pour le petit déjeuner. C’est une bonne activité du dimanche parce que s’il y a bien une règle d’or à respecter pour réussir une pâte levée, c’est la longueur du temps de pousse : il faut donc abandonner complètement l’idée de se faire un pain ou une brioche pour le jour même, si l’envie est trop fort il vaut mieux aller chez le boulanger !

J’ai donc commencé le dimanche matin, puis ai laissé pousser ma pâte à température ambiante 8 à 10h.  Le soir, je façonne mes muffins et les fais cuire pour le lendemain. Explications !

Pour une grosse fournée de muffins anglais (entre 8 et 16 selon l’épaisseur) : 

450g de farine semi-complète T110 (bio de préférence)
5g de sel
1 cuillère à café de levure sèche de boulanger
25 cl de lait
2 cuillères à soupe de sucre
un peu de semoule fine de blé

Pour réussir de beaux muffins bien gonflés, et bien moelleux :

Je mélange le lait et le sucre dans un bol et le fait tiédir au micro-ondes. Je délaye dans ce mélange la levure de boulanger. Je laisse reposer 10 minutes le temps que des bulles se forment à la surface.

Dans le bol de mon pétrin, je dépose le sel puis la farine et j’ajoute en mélangeant à vitesse 1 ou 2 le lait. Je pétris la pâte au moins une dizaine de minutes, jusqu’à ce qu’une belle boule lisse soit formée autour du pétrin.

DSC_0137Je laisse ensuite pousser ma pâte deux ou trois heures à température ambiante (ou dans un four chauffé à 35 °C. Pour éviter la formation d’une croûte à la surface, je recouvre mon bol d’un torchon propre humidifié. Lorsque la pâte à doublé de volume, je la dégaze en donnant un ou deux coups de poings dedans. Puis je la filme et la laisse reposer 8 à 10 h au frigo.

A ce stade, la pâte est carrément gonflée : je la dégaze à nouveau puis l’étale au rouleau sur un mon plan de travail légèrement fariné. Si je veux beaucoup de muffins, je l’étale finement (environ 50mm) si je préfère moins de muffins et un résultat plus épais, je l’étale moins (1 à 2 cm d’épaisseur). Je les découpe ensuite avec un emporte pièce rond d’environ 8 cm de diamètre pour obtenir de 8 à 16 muffins.

Il reste alors un dernier temps de repos. Pour celui là, je mets une feuille de papier sulfurisé sur une plaque à pâtisserie que je saupoudre de semoule de blé fine. Je dépose mes muffins dessus de telle sorte que chaque face soit légèrement recouverte de semoule et je laisse reposer encore 1 à 2 heures.

Les muffins auront à nouveau doublé de volume : il ne reste alors plus qu’à les cuire à feu doux dans un poêle sans gras, une dizaine de minutes de chaque côté, pour qu’ils gonflent encore un peu.

Une cuisson douce est impérative pour que les muffins deviennent bien épais et conservent leur moelleux intérieur.

Une fois tous mes muffins cuits, je peux les conserver pendant quelques jours dans une boîte hermétique. Au petit déjeuner, je les fais réchauffer au grille-pain pour qu’ils retrouvent leur moelleux d’origine. S’ils sont plutôt fins comme sur la photo  je les passe au grille pain sans les trancher. Avec un peu de beurre salé et de la confiture à l’intérieur, c’est un régal ! Sinon, s’ils sont plus épais, je les coupe en deux à la fourchette pour faire comme les anglais pour que la mie grille aussi !

DSC_0144

Sorbet à la framboise

DSC_0109 Cette recette, c’est vraiment juste pour le plaisir de partager puisque c’est exactement la même que le sorbet à la fraise, déjà publiée. Mais on se régale tellement avec un bon sorbet framboise !

Ma seule recommandation : essayer au maximum d’enlever les petites graines pour avoir un sorbet ultra lisse ! J’utilise mon appareil à coulis du Kitchen aid mais une centrifugeuse ou un mixeur plongeant puis un chinois ou tamis très fin peuvent faire l’affaire.

DSC_0110Pour les framboises, il vaut mieux se procurer une source pas trop chère parce qu’il en faut beaucoup : pour ma part, je vais à la cueillette Fraisochamps de Thil (01) et fait travailler mes enfants : ils sont juste à la bonne taille, et adorent cette activité !

Je prends donc dans mon frigo : 

750g de framboises fraîches
200g de confisuc
5 cuillères à soupe d’eau

Je passe mes framboises crues à l’appareil à coulis pour séparer la chair des graines. Pendant ce temps, je fais fondre le sucre et l’eau dans une casserole sans mélanger pour éviter que le sucre ne cristallise. Quand il est fondu, je verse le sirop sur mes framboises tout en mélangeant. Je réserve au frais au moins 2h (une nuit c’est mieux quand il fait chaud).

Quand mon sirop est bien froid, je le passe à la sorbetière pour monter ma glace (environ 15 à 20 minutes). Je réserve encore quelques heures au frais avant de servir.

DSC_0104