Bento #4 pour Battle Food #33 Salade de pois chiches façon taboulé libanais

DSC_0072Ca y est j’arrive enfin à participer à une Battle Food ! Il faut dire qu’avec le thème  « Pique nique à l’ombre des palmiers » proposé par le blog So We cook pour la Battle food #33 j’ai l’embarras du choix dans mes recettes à emporter grâce à mes petites bentos du mercredi.

Pour faire honneur au thème, j’en ai choisi une bien fraîche, facile à emporter et à manger dans la nature : une salade de pois chiches comme un taboulé libanais.

Cette salade  mérite un peu d’anticipation puisqu’elle nécessite de faire tremper 12h les pois chiches puis encore un long temps de cuisson. L’attente vaut cependant le coup parce que le pois chiche reste ferme et croquant.

Pour les piques niques imprévus, une boîte de pois chiches en conserve peut faire l’affaire à condition de ne pas trop chahuter votre salade, au risque de la voir finir en purée assez rapidement!

En période de fortes chaleurs, cette salade est également un excellent plat du soir : à la fois nourrissant et rafraîchissant. Comme elle peut être faite en avance, cela permet aussi de faire cuire les pois chiches à la fraîche et éviter de réchauffer trop sa cuisine le soir.

Les quantités sont données pour une personne puisque c’est pour mes petits bentos à emporter. Le pique nique étant plutôt une activité de groupe, je vous invite à multiplier jusqu’à 4 les proportions pour assurer la convivialité de votre pique nique  !

Je prends donc dans mon frigo et mon placard pour 1 personne : 

50g de pois chiches secs
5 fois leur volume d’eau
1/2 poivron rouge
1/2 concombre
1 bouquet de persil
1 gousses d’ail
huile d’olive
sel et poivre

Pour réussir ce bento/battle food à déguster sous les palmiers : 

La veille, je mesure le volume de 50g de pois chiches secs dans un verre doseur puis je multiplie par 5  ce volume pour avoir ma quantité d’eau de cuisson.  Je les laisse tremper dans un grand volume d’eau froide au frigo (il faut compter environ 12h).  Le lendemain, je les dépose dans une grande casserole et les recouvre de 5 fois le volume d’eau calculé la veille. J’ajoute une poignée de gros sel. Je fais cuire 1h15 à ébullition en vérifiant qu’il y ait toujours de l’eau au fond.

Pendant ce temps, je prépare la garniture en coupant en dés très fins le poivron épépiné et le concombre pelé à moitié (une bande sur deux, hein !). Je hache ensemble le persil et la gousse d’ail pour obtenir une persillade bien fine.

Lorsque les pois chiches sont cuits, je les refroidis sous l’eau froide.

Si j’ai encore du temps je peux même m’amuser à enlever la petite pellicule de peau qui se détache des pois chiches : ils seront ainsi plus digestes !

Je mélange dans un saladier les pois chiches et la garniture, j’ajoute un peu d’huile d’olive, du sel et du poivre. Et je conserve au frais jusqu’au moment de partir en pique nique (ou au bureau) pour que les saveurs se développent.

DSC_0070

Si vous cherchez d’autres recettes à emporter, regardez mes autres bentos ici !

Gaspacho vert extra frais

DSC_0175-1Grâce à Instagram, je me suis lancée dans le gaspacho pour cet été : la faute à la très jolie photo du blog A Cozy Kitchen, et aussi aux températures caniculaires qui s’abattent sur nos contrées en ce mois de juin.

J’ai quand même dû faire quelques essais plus ou moins réussis avant d’arriver à un résultat satisfaisant : la faute notamment à mon robot qui ne mixe pas assez finement à mon goût.

Avec les proportions et les ingrédients qui figurent ci-dessous, je vous peux vous garantir maintenant un très beau gaspacho vert, parfumé à souhait, et velouté comme tout. Idéal pour l’été !

Côté ustensiles, le blender est impératif, à moins que vous n’ayez comme moi l’accessoire à coulis pour Kitchen Aid. Sinon, le résultat sera grumeleux. Lire la suite

J’ai testé le chou Kale (le quoi ?)

Tous ceux et toutes celles qui se baladent sur le net à la recherche de recettes saines ou détox sont à un moment ou un autre tombés sur une recette de chou Kale. Et oui, c’est le « trending légume » de la blogosphère culinaire anglo-saxonne en particulier : ultra-vitaminé, riche en fibres, goûteux, drainant…. les compliments ne manquent pas, et les manières de l’accommoder foisonnent. Et les stars en raffolent !

Le hic, c’est qu’en France, ou en tout cas dans mes magasins de courses habituels (le super U du coin, Grand frais, mon petit marché et le maraîcher de  Lyon Gerland), cette ancienne variété de chou au demeurant très esthétique est tout bonnement introuvable. Alors quand, au hasard d’un détour chez Satoriz j’en ai vu, j’ai sauté sur l’occasion : j’allais pouvoir me faire un petit plat ultra-tendance.

J’ai donc acheté 5-6 feuilles de ce joli chou et sorti de mon placard et mon frigo (pour 2 personnes) :
1 poivron vert doux
1 échalotte
3 cuillères à soupe de sauce aux huitres
3 cuillères à soupe d’eau
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
un petit morceau de pâte d’ail et gingembre maison (voir l’astuce ici)
quelques tranches de filet de poulet cuisson lente
un fagot de nouilles soba
une poignée de cacahuètes salées

Pour réussir ces nouilles sautées ultra-tendance : 

J’ai ôté la nervure des feuilles de chou Kale et je les ai lavées puis coupées en lanières. J’ai ôté les graines du poivron et l’ai émincé en fines tranches . Pareil pour l’échalotte : émincée en fines tranches. En parallèle, je mets de l’eau à bouillir pour les pâtes que je cuirais en même temps que la garniture 5 minutes maxi.

Les nouilles soba doivent rester al dente pour éviter qu’elles ne ramollissent trop lorsque je les mélange à la garniture en fin de recette.

J’ai préchauffé ma sauteuse sur feu vif avec l’huile d’olive puis j’ai jeté dedans le chou, le poivron, l’échalote et la pâte d’ail et gingembre. J’ai cuit le tout sur veuf vif en remuant constamment pendant 5 bonnes minutes.

Super beau le chou Kale à la cuisson : il reste bien vert pendant longtemps !

Je verse ensuite l’eau puis la sauce aux huîtres tout en remuant énergiquement pour que la sauce évapore un peu. Je baisse ensuite le feu et je couvre ma sauteuse. Je cuis encore 5 minutes, jusqu’à ce que les feuilles de chou changent de couleur.

Tant qu’il reste vert vif, le chou Kale est trop caoutchouteux à mon goût. C’est donc meilleur quand les feuilles sont attendries, et donc perdent leur belle couleur verte !

J’ajoute ensuite à la garniture les nouilles soba, et je dépose sur le dessus du plat quelques tranches de filet de poulet ainsi que les cacahuètes concassées. Je couvre à nouveau et je réduis le feu au minimum jusqu’au moment de servir. Le poulet sera juste réchauffé, sans être desseché. Encore un bon plan ces filets de poulet cuisson lente !

Et alors, ça donne quoi finalement ce chou Kale ?

La texture du chou est intéressante, il est beaucoup plus ferme sous la dent qu’un chou frisé classique. Le côté foisonnant des feuilles se ressent bien en bouche et donne une sensation plutôt sympathique. En revanche, côté goût j’ai été bien déçue : crues les feuilles avaient un petit goût acidulé intéressant, mais celui-ci a disparu complètement à la cuisson. Ce qui en fait un légume assez fade somme toute. Il faudra peut-être que je l’essaie dans une autre recette pourvoir si j’arrive à être aussi engouée que les blogueurs anglo-saxons !

Et vous, c’est quoi la dernière recette ultra-tendance que vous avez testée ? dsc_0007